Le « workaholism », quand travailler devient une addiction !

Êtes-vous encore étonnés à la lecture du titre de cet article ? Et pourtant, le travail peut vraiment entraîner une vraie dépendance. C’est même une situation problématique que ce soit pour le salarié ou les employeurs. Lumière sur ce phénomène qui touche de nombreux travailleurs dans le monde entier.

Une approche psychologique sur le « workaholism »

Un certain nombre de psychologues se sont déjà intéressés à ce sujet. La plupart s’accordent à dire qu’un « workaholic », dit « bourreau de travail » en français, a un souci mental. D’ailleurs, c’est un psychologue américain, Wayne Oates, qui a rendu populaire ce terme depuis 1971. Les résultats de certaines études établissent un lien avec des troubles psychiatriques comme les TOC, l’hyperactivité ou la dépression. D’autres explications rapportent que cet état peut être engendré par un conflit relationnel. En effet, l’individu qui se sent délaissé par sa famille ou son entourage préfèrerait consacrer tout son temps au travail.

 

Les conséquences

Un salarié actif et impliqué peut être un atout pour la société, mais la dépendance au travail n’est pas vue sous cet angle. Effectivement, avoir des tonnes de tâches ne rend pas plus productif. Sachez que le terme « workaholic » est la composition de deux mots anglais « work » et « alcohol ». Ainsi, comme toutes les drogues, il y a généralement des méfaits pouvant être graves. En effet, à part l’épuisement au travail incessant, la vie de famille du sujet sera délaissée. Le réel souci est que l’obsession accroît et peut aboutir au stade de « burnout ». Des conséquences alarmantes ont été déjà constatées comme la fatigue générale, l’AVC, voire la mort.

Pour s’en sortir

Si les cures de désintoxication sont proposées face l’addiction aux drogues, la dépendance au travail se traite à peu près de la même manière. Si vous admettez être un « workaholic », confiez-vous alors à un psychothérapeute. Ce dernier vous prendra en charge pour suivre des thérapies cognitivo comportementales (TCC). Notez que les efforts pour se libérer de cette addiction devront surtout venir de la personne. De ce fait, il est primordial de vous réorganiser, à la fois au niveau de l’emploi du temps et des réelles priorités. En d’autres termes, retenez toujours que chaque chose a son temps et qu’un bon travail est d’abord qualitatif et non quantitatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entre professionnels | Informations conseils dédiés au BtoB | Entreprise de France